Ouverture du Domaine !

Le domaine de Restinclières reste ouvert pendant cette période de confinement.

Seul l'accès aux toilettes extérieurs et aux expositions (dans le château) restent fermés.

Attention cependant : le contexte sanitaire nous rappelle l'importance du respect des consignes de sécurité.

Se protéger et prendre soin des autres, c'est notre responsabilité collective.

Site du Domaine départemental de Restinclières

l'histoire du domaine de Restinclières

Pourquoi le nom "Restinclières"?

Restinclières, étymologiquement, doit son nom à "Restincliéria" "lieu où poussent les lentisques". Le pistachier lentisque (restincle en occitan) est un arbuste à feuilles persistantes et à fruits rouges commun dans nos garrigues.

Une histoire marquée par l'ingéniosité humaine

Riche d'histoire, le domaine de Restinclières a vu succéder aux seigneurs, des propriétaires parfois précurseurs en techniques agricoles, hydrauliques ou en botanique. La famille Bentham a fortement marqué le site au début du XIXe siècle en réalisant de nombreuses plantations dans le parc du château. Le domaine s'est ensuite enrichi de nombreuses cultures : vignes, vergers et oliviers.

A la fin des années 1970, l'exploitation agricole périclite.

Le Département de l'Hérault rachète le domaine en 1990 et y installe la Maison départementale de l'environnement dont la mission est d'initier et de sensibiliser le public et les scolaires aux grands enjeux environnementaux. Le site est aujourd'hui le siège de nombreuses activités comme la recherche agroforestière. Il est ouvert en libre accès.

L'époque seigneuriale

Restinclières est mentionné pour la première fois dans le cartulaire de Maguelone au XIIème siècle. Ce texte décrit une demeure seigneuriale sobre et austère achetée par Raymond Guilhem de Montferrier. Vassaux de l'évêque de Maguelone, les Montferrier possèdent Restinclières pendant 200 ans.

En 1712, Dominique Cambacérès, Conseiller à la Cour des comptes de Montpellier, en fait l'acquisition. La famille Cambacérès remanie la demeure et aménage le jardin à la Française. Elle s'y établit jusqu'à la transmission, par le jeu des mariages, à la famille Montlaur de Murles. La vente du domaine à Samuel Bentham, surintendant de l'arsenal de Portsmouth, marque la fin de l'époque seigneuriale du site.

Le passage à la modernité : la famille Bentham

Le domaine de Restinclières est racheté par la famille anglaise Bentham en 1820 et devient alors une entreprise agricole moderne. Samuel Bentham entreprend d'importants travaux d'irrigation afin de favoriser les recherches de son fils George, botaniste de renom. Celui-ci réalise des essais de culture et enrichit la palette végétale du site. Membre titulaire de la Société d'histoire naturelle de !'Hérault, George Bentham parcourt la région et publie "Le catalogue des plantes indigènes des Pyrénées et du Bas-Languedoc". Restinclières devient le point de départ d'excursions botaniques en Languedoc.

La famille Bentham est obligée de vendre le domaine en 1835, suite à de nombreux litiges avec ses voisins, provoqués par les captations à la source du Lez.

De l'exploitation viticole au rachat par le Département de l’Hérault

Les nouveaux acquéreurs, bourgeois fortunés, consacrent d'importants investissements à la mise en valeur viticole. Pendant 130 ans, la vigne est la principale ressource du domaine. Vers 1880, le phylloxéra dévaste le vignoble mais Il est rapidement reconstitué grâce à des plants américains. C'est le gel de 1956 qui pousse les propriétaires à remplacer la vigne par des vergers et des oliveraies. Cette exploitation se développe jusque dans les années 1970 puis elle périclite.

Le Département de l'Hérault rachète le domaine en 1990 et y installe la Maison départementale de l'environnement.

Hérault Aventure

Découvrez le patrimoine historique, culturel et naturel du domaine de manière ludique grâce à l’application Hérault Aventure 

Télécharger l'application Android

Haut de page